Date : 27/11/2021

Retour à Strilia 80F2

  Univers - Zone de Guerre : Strilia 80F2

 
Strilia 80F2 était une planète dévastée. Les Orks s'étaient abattus sur le monde industriel tels une nuée de sauterelles submergeant les forces de défense planétaires et ravageant tout sur leur passage. Les troupes impériales massacrées, les citoyens de l'Imperium avait été réduits en esclavage et mouraient désormais en grand nombre sous les coups de fouet des Orks dans les quelques installations industrielles qui avaient survécu et qui fonctionnaient désormais pour le compte de la Waaagh!

Quelque part dans l'un des quartiers manufacturiers de la capitale planétaire, un petit groupe de Nobz se disputait le contrôle de quelques usines encore en état de marche. Les Orks n'en étaient pas encore venus aux mains mais les échanges étaient vifs et chacun se préparait à la violence. Aucun n'avait cependant noté le battemement métallique régulier qui résonnait sur la route et qui se rapprochait inexorablement de leur position.

Ce ne fut que lorsque le canon gatling Avenger s'arma que les peaux-vertes se retournèrent, soudainement conscients d'une présence imposante dans leur dos. Ils levèrent la tête vers le chevalier Questoris qui les dominait de sa taille, s'ils pouvaient voir que la machine arborait le bleu et le blanc de la Maison d'Abzac, ils ignorèrent complètement la grimace de satisfaction qui apparut sur le visage de son pilote, Rafel de Graesen, lorsqu'il ouvrit le feu.

Les corps désarticulés des Orks avaient à peine touché le sol que Rafel remettait son chevalier Questoris en marche pour rejoindre sa formation en avant-garde du groupe de bataille de la Legio Vox Imperatoris. En attendant l'arrivée du corps expéditionnaire dirigé par les Sea Dragons et le début de la reconquête, la légion titanique avait pour ordre de contenir les Orks loin de la tête de pont impériale. Pour le plus grand bonheur du noble, il y aurait encore de nombreuses opportunités de combattre les xénos.



Un léger tremblement traversa la passerelle de commandement du Glorieux Destin lorsqu'une nouvelle salve de tirs fut tirée en direction de Strilia 80F2.

D'un geste de la main, le capitaine Gideron fit apparaître une carte de la tête de pont établie quelques jours plus tôt par la Legio Vox Imperatoris et les régiments Scarisiens. Le résultat des frappes s'afficha en direct et des messages affluèrent immédiatement de la surface. Au nord, le bombardement avait réussi a stoppé une contre-offensive Ork en pulvérisant un Gargant mais à quelques kilomètres à l'ouest le souffle des explosions avait désorganisé une colonne de blindés Leman Russ.

- Artilleurs, rectifiez les coordonnées de tir Beta en fonction des retours du commandement terrestre. Préparez-vous pour une nouvelle salve dans dix minutes.

Un tremblement plus important se fit soudain sentir rappelant Gideron à une autre réalité.

- Une torpille Ork a réussi à tromper nos défenses, l'informa un officier de la passerelle.

Pendant que le Glorieux Destin et son jumeau, le Flamboyant, bombardaient Strilia 80F2 pour permettre le maintien de la tête de pont impériale, le reste de la flotte tentait de contenir tant bien que mal les attaques spatiales des xénos. Les Orks ne disposaient pas de matériel lourd mais leurs rapides petits vaisseaux tournoyaient autour du dispositif impérial à la recherche de la moindre faille. Dès qu'une brèche était découverte, ils envoyaient un kamikaze pour s'écraser contre l'un des deux croiseurs Dauntless ou pour lancer une torpille avant d'être réduit en cendre. Et après plusieurs jours à ce régime, même un vaisseau de la taille du Glorieux Destin commençait à souffrir.
Que pouvait donc bien faire le reste du corps expéditionnaire ? Le Triton, qui transportait les Sea Dragons de la Quatrième Compagnie d'Usiel Octasius, avait déjà plusieurs jours de retard. Le dernier message en provenance du Croiseur d'Assaut indiquait une avarie et l'obligation de faire étape sur Idrade P9.7...
Il ne restait plus qu'à espérer que les renforts ne tarderaient plus et que la reconquête de Strilia 80F2 puisse enfin commencer. Les Orks devaient payer pour ce qu'ils avaient fait à ce monde.




Le Destroyer Bélier se faufila entre les tirs de barrage impériaux, les Orks transférèrent toute la puissance aux moteurs et le vaisseau fila s'écraser contre la Frégate Impitoyable. Une série d'explosions secouèrent le bâtiment qui commença à perdre de l'altitude par rapport au reste du dispositif de défense.

Sur l'écran de contrôle du Glorieux Destin l'icône de l'Impitoyable clignota quelques instants avant de disparaître définitivement, mettant en évidence le trou béant dans les défenses impériales autour de Strilia 80F2.

- Concentrez le feu sur l'ancienne position de l'Impitoyable, aboya le capitaine Gideron, les peaux-vertes de doivent pas passer.

Mais déjà une myriade de vaisseaux Orks se pressait sur cette position, il serait impossible de tous les contenir.

Gideron jura. Cela faisait trop longtemps que sa flotte devait tenir face aux attaques Orks, son objectif avait été l'établissement et le soutien de la tête de pont sur le l'ancien monde industriel. A ce stade les renforts auraient déjà dû être arrivés pour chasser les Orks de son espace proche et pour débarquer assez de troupes afin de lancer sa reconquête. Mais le corps expéditionnaire avait maintenant près d'une semaine de retard.

- Les Orks modifient leur trajectoire, capitaine, cria un officier de la passerelle. Quelque chose arrive par le Warp !

Gideron se concentra sur l'écran de contrôle en priant l'Empereur pour que cela ne soit pas un autre Rock Ork, les données qui défilaient indiquaient que la masse qui se déplaçait en avait la taille.

Soudain un Croiseur Impérial se matérialisa dans l'espace réel au beau milieu de la flotille Ork. Immédiatement ses tourelles ouvrirent le feu dans toutes les directions, pulvérisant des Destroyers en plein vol et endommageant grièvement un Kroozer. Derrière le bâtiment impérial d'autres vaisseaux quittèrent le Warp à leur tour, leurs codes d'identification s'affichaient les uns après les autres : le Triton du Chapitre des Sea Dragons et plusieurs unités de divers chapitres, des vaisseaux de transport de plusieurs régiments de l'Astra Militarum et des bâtiments de l'Adeptus Mechanicus.

Les hauts-parleurs de la passerelle prirent soudain vie.

- Ici le capitaine Aisaak du Gloire de Scaris. J'espère que nous ne sommes pas trop en retard...



A bord du Triton, le chapelain Selos Aviricus entonna un chant à la gloire de l'Empereur, guide de l'Humanité et maître des océans. Les escouades Terminator de la IVème Compagnie des Sea Dragons se joignirent à lui pour louer Sa puissance tout en finissant de vérifier leur armement.


Le croiseur d'attaque venait d'entrer en orbite de Strilia 80F2 après avoir pris du retard suite aux événements liés à la Chute d'Idrade P9.7. Il était à la tête de la flotte coalisée venue renforcer les régiments Scarisiens de l'Astra Militarum et les groupes de bataille de la Legio VI. Mais la tête de pont mise en place par cette avant-garde était sous la pression des contre-attaques Orks, elle mençait de tomber à tout instant.

Le capitaine Octasius avait donc décidé de ne plus perdre de temps et de frapper fort. Les barges de transport quittaient la flotte avec à leur bord les renforts en régiments de la Garde Impériale et en machines de guerre des Légions Titaniques. Elles étaient précédées par les Thunderhawks et les modules d'atterrissage des Sea Dragons et des chapitres qui participaient à la coalition chargée de reprendre la planète aux griffes des xénos.

Mais les premières forces qui devaient atteindre Strilia 80F2 pour porter secours aux troupes impériales déjà engagées seraient l'élite des guerriers de l'Humanité.

Lorsque le chapelain termina son chant, des mécanismes de téléportation furent enclenchés sur tous les vaisseaux de la flotte. Quelques instants plus tard, la foudre s'abattit sur les Orks alors que les escouades Terminator apparaissaient un peu partout sur la ligne de front.

Selos Aviricus et les Terminators de la IVème Compagnie se matérialisèrent devant un chevalier Questoris de la Maison d'Abzac que les Orks avaient acculé au pied d'un piton rocheux. Les Sea Dragons n'hésitèrent pas un instant et se ruèrent sur l'ennemi médusé en hurlant leurs cris de guerre.

La libération de Strilia 80F2 pouvait commencer !



La reconquête de Strilia 80F2 battait son plein. Partout sur la planète, les forces impériales lançaient des offensives pour repousser les Orks. Afin d'affaiblir leur résistance, le capitaine Octavius des Sea Dragons, qui coordonnait les troupes de l'Imperium, avait ordonné la destruction des installations industrielles et des usines impériales que les xénos avaient détourné pour alimenter leur effort de guerre. Des dizaines d'escadrilles décollaient chaque jour des bases aériennes tout juste aménagées ou de frégates en orbite basse pour bombarder les Orks et des raids terrestres étaient lancés au coeur même de leur territoire pour raser les cibles les plus stratégiques.
L'attaque de la manufacture à Gargants du Brikolo Zagrob commença avec le débarquement  par une paire de Thunderhawks de Space Marines d'Assaut des Sea Dragons et des Imperial Suns. L'opération prit les Orks par surprise et avant que la moindre contre-attaque puisse être mise sur pied par Zabrog, les Space Marines avaient détruit les générateurs des boucliers d'énergie qui protégeaient l'installation et avaient aussitôt été évacués.
C'est alors que les titans de la Legio Vox Imperatoris commencèrent à bombarder la manufacture...

Le titan Reaver Imperatoria Juramento concentrait ses tirs sur le Gargant en cours de construction dont la carcasse à moitié assemblée trônait au centre de la manufacture Ork. Des volées de missiles Apocalypse s'écrasaient sur le blindage de l'abomination mécanique tandis que les deux Blaster Lasers du titan en découpaient des morceaux de la taille des plus gros blindés super lourds de l'Astra Militarum.
Alors que toute l'attention de l'équipage du Reaver était tournée sur sa tâche, une colonne de chariots de guerre Orks progressait vers sa position. Parmi ces véhicules, on comptait plusieurs unités lourdes équipées d'armes expérimentales imaginées par Zagrob. Les Orks espéraient surprendre leurs gigantesques ennemis, trop arrogants pour se croire vulnérables à des engins aussi minuscules.
Alors que les premiers chariots de guerre arrivaient à portée de tir une grande déflagration fit voler en éclat le blindé de tête. Emergeant de derrière les jambes de l'Imperatoria Juramento, trois Chevaliers Questoris de la maison d'Abzac s'interposèrent entre le Reaver et ses agresseurs. Les canons thermiques ouvrirent de nouveau le feu détruisant plusieurs engins supplémentaires puis les Questoris levèrent leurs tronçonneuses Reaper et chargèrent les Orks en pleine débandade...
Ce scénario se répétait tout autour de l'installation. Des Reavers et des Warbringers de la Legio Vox Imperatoris faisaient feu de toutes leurs armes, laissant le soin aux Chevaliers de la Maison d'Abzac d'assurer leur protection rapprochée.
Plusieurs heures plus tard, il ne restait plus qu'un amas fumant de la manufacture de Zagrob.



Muzgonk étouffa un baillement en grognant. Il roula des épaules pour mieux répartir le poids de son kanon eud'la mort et il reprit sa morne surveillance. Du haut de ce petit bâtiment éventré, il avait une vue relativement dégagée sur les environs, un amas indescriptible de métal à moitié fondu par les combats menés par les Orks pour s'emparer de ce que les zumains appelaient la Station Orbitale de Défense Gamma-4, l'une des douze installations de ce genre qui assuraient autrefois la dernière ligne de défense de Strilia 80F2. Peu de temps après la conquête du monde industriel par le big boss Gri'rok, l'ensemble de l'artillerie orbitale de Gamma-4 avait été démonté par les brikolos pour être installé sur divers kroosers de la flotte Ork. La station n'avait plus aucune valeur stratégique et on y envoyait les boyz qu'on voulait punir pour une raison ou une autre. Et de fait Muzgonk et ses compagnons manquaient complètement la fête qui avait lieu à la surface de la planète puisque le corps expéditionnaire impérial envoyé pour la reconquérir avait logiquement ignoré Gamma-4.
Un mouvement au sol accrocha le regard de l'Ork. Soudain une balle le frappa entre les deux yeux et il s'effondra sans vie. Quelques mètres en dessous de sa position, trois Boyz furent couchés par une rafale de tirs. Plusieurs Sicarian Rutstalkers tombèrent au milieu des survivants et les éliminèrent avec rapidité et efficacité.
Une fois le calme revenu, un ranger Alpha envoya un compte-rendu rapide en binaire.

1001001 ; Prise de Contrôle de Gamma-4 - En cours, progression de 59% ; 0101001
0010100 ; Informez l'Hérétech que la mission d'observation va bientôt pouvoir commencer ; 0111001
1110101 ; Gloire au Dark Mechanicum ; 1000010

la Kill Team se redéploya en silence et continua sa progression à la recherche d'autres positions tenues par les Orks...



Dans un fracas de métal, les épaisses portes en céramite de l’avant-poste s’ouvrirent sur un spectacle de désolation. Au milieu des épaves fumantes de leurs truks gisaient des dizaines de cadavres d’Orks. Ici et là des flammes s’élevaient encore de la carcasse d’une boit’kitu ou d’un dakkajet.
Avec précaution les escouades Devastator se déployèrent devant les murs ébréchés du bastion des Sea Dragons. Le sergent Artetrius avait donné des consignes strictes concernant d’éventuelles ruses xénos mais l’étendu du massacre ne laissait aucun doute. A l’image de ce qui s’était passé ici, la contre-offensive de la Waaagh! Gri'rok s’était littéralement écrasée contre les défenses impériales partout sur Strilia 80F2.
Derrière les Devastators résonnèrent les pas puissants des vénérables Dreadnoughts qui venaient d’être éveillés selon les ordres du capitaine Octasius. Toute la puissance et la sagesse des vétérans du Chapitre était requise pour la prochaine étape de la reconquête de la planète.
Un grondement se fit entendre au loin et la vue améliorée des Space Marines leur permit d’apercevoir à l’horizon la silhouette d’un Thunderhawk en approche rapide.
Artetrius lança ses ordres pour que tous se préparent à embarquer. Les Orks avaient été affaiblis par les bombardements aériens de la Navy et par les raids des Légions Titaniques. Leur vaine contre-attaque avait échoué. L’heure était venue de lancer la grande offensive d’extermination des xénos.



L'Intercepteur Xiphon plongea pour éviter la rafale de tirs du Dakkajet. L'aéronef Ork vira de bord dans un rugissement de réacteur, laissant derrière lui un épais nuage noir et huileux.
D'un coup d'oeil sur son auspex, Ometrius vérifia la trajectoire du xénos qui s'éloignait sur sa droite. Il fit reprendre de l'altitude à son appareil et vira à son tour pour prendre l'ennemi en chasse.

- Chassa Bommer en approche, indiqua froidement Bephicus. J'adopte une trajectoire d'interception.

Ometrius envoya un signal d'approbation à son ailier. Depuis le début de la nouvelle phase de reconquête de Strilia 80F2, le corps expéditionnaire impérial était sensé dominer les cieux de la planète. Sur le papier tout du moins. Les pilotes de la Navy et de l'Adeptus Astartes savaient cependant que les choses étaient différentes sur le terrain. Malgré la couverture orbitale et les défenses AA qui se multipliaient au sol, les Orks semblaient ne pas vouloir comprendre ou accepter qu'il était suicidaire pour leurs appareils de prendre les airs. Ainsi les eskadrilles de la Waaagh! Gri'rok continuaient elles à opposer une farouche résistance aux unités impériales.

Les projections de l'Etat Major et la propagande impériale n'avaient cependant pas de prise sur Ometrius qui restait concentré sur son devoir. Les escadrilles Astartes avaient pour tâche de nettoyer le ciel de l'engeance Ork afin de faciliter les opérations de bombardement et de transport des troupes au coeur des combat. Et par l'Empereur c'est bien ce que le pilote Sea Dragon allait faire !



- Groupe de peaux-vertes détectée au Nord de votre position...

- Bien reçu. Interception et élimation,
répondit le sergent Trythios en accélérant dans la direction de la nouvelle cible qui lui avait été assignée. Les autres motards de sa formation suivirent le mouvement, les deux motos d'assaut se plaçant naturellement au sein du groupe pour être moins vulnérables.

La guerre sur Strilia 80-F2 avait pris un nouveau visage depuis que le Corps Expéditionnaire avait engagé la dernière phase de l'opération de reconquête de la planète. Après avoir encaissé les vaines contre-attaques Orks pour les repousser, les troupes impériales étaient passées à l'assaut et partout sur le monde industriel les xénos battaient en retraite. Mais, si le gros de la Waaagh! était petit à petit repoussé vers ce qui serait son dernier carré, de nombreuses petites bandes de peaux-vertes s'étaient éparpillées dans les ruines et les plaines dévastées. C'était là que les formations rapides telles que celle du sergent Thrythios intervenaient. Elles patrouillaient dans les zones nouvellement conquises pour éradiquer les dernières traces ennemies.

Une alarme auspex résonna dans le casque du Sea Dragon alors que la cible était repérée. C'était là une petite bande de Boyz en maraude, elle était dirigée par une poignée de Nobz à la recherche d'une dernière bonne bagarre. Thrythios leva le poing et immédiatement les motos adoptèrent une trajectoire d'interception.

Le rugissement des moteurs alerta les Orks qui se tournèrent en direction de la menace mais, avant qu'ils ne puissent lever leurs armes, une partie d'entre eux fut couchée par les tirs des bolters lourds des Motos d'Assaut. Avant que les survivants ne puissent reprendre leurs esprits, les motards étaient sur eux et le massacre commença...



- Objectif en vue, communiqua Razael à son escorte, déployez-vous pour intercepter tout aeronef ennemi dans la zone.

Sur l'auspex, il constata avec fierté que les deux intercepteurs Xiphon réagissaient à son ordre dans une coordination parfaite. S'il y avait des Orks assez fous pour voler dans le secteur, ils ne feraient pas long feu.

Son Storm Eagle et celui de son ailier approchaient à toute vitesse du campement Ork et il devinait déjà que le scénario habituel se répèterait. Il fit un première passage à basse altitude en mitraillant les quelques Boyz imprudents qui n'avaient pas eu l'idée de se mettre à l'abri. La coque de la cannonière résonna de plusieurs impacts quand les survivants ouvrirent vainement le feu sur elle avec leurs armes de poing.

Les Orks étaient parfois tellement prévisibles se dit le pilote Sea Dragon en enclenchant le communicateur de bord.

- Frères, cible atteinte. Je commence la procédure d'approche, faible résistance à prévoir.

Les Storm Eagles s'approchèrent du centre du campement, une place assez grande pour permettre aux deux aéronefs de se poser à la verticale et de redécoller rapidement après avoir débarqué le détachement tactique qu'ils transportaient. Les Sea Dragons n'auraient plus qu'à éliminer les peaux-vertes qui avaient eu la témérité de ne pas battre en retraite conformément à la volonté de Gri'rok, leur Big Boss. Car la guerre était entrée dans une nouvelle phase sur Strilia 80F2. Partout sur la planète, la contre-attaque impériale avait sérieusement bousculé les xénos, ils avaient subi de nombreuses pertes. Leur seigneur de guerre semblait avoir compris que la partie était terminée pour lui et il tentait de regrouper ses forces pour un dernier baroud d'honneur. C'était pourquoi la plupart des campements Orks avaient été désertés et qu'il était si facile de les investir et de les détruire.

Un léger choc indiqua à Razael que son Storm Eagle s'était posé. Il ouvrit la porte arrière de l'engin pour permettre à ses frères d'armes de se déployer.

La libération de Strilia 80F2 était en marche...



Le Land Speeder effectua un virage serré à pleine vitesse alors que l'impact des tirs de la mitrailleuse Ork se perdait loin derrière lui. La tourelle du chariot Kanon tentait vainement de suivre le mouvement du véhicule antigrav des Sea Dragons mais c'était peine perdu. Alors que l'équipage du blindé se concentrait sur cette cible insaisissable, un deuxième Land Speeder surgit derrière lui, son multi-fuseur traça une ligne incandescente qui perfora son blindage comme si c'était du papier. L'antigrav le dépassa rapidement, il avait déjà choisi une nouvelle cible lorsqu'une explosion interne déchira le véhicule Ork et le réduisit en miettes.
Partout ailleurs le même scénario se répétait au sein du long convoi de Chariots Kanons qui battait en retraite vers la dernière poche de résistance de la Waaagh! Gri'rok sur Strilia 80F2. Les Land Speeders tournaient à grande vitesse autour des blindés comme un essaim de guêpes en colère, désorganisant la formation et détruisant plusieurs véhicules dans la confusion.
Trop occupés à tenter de repousser cet assaut, les peaux-vertes n'entendirent pas le grondement sourd des réacteurs du Thunderhawk en approche. Le raid des Land Speeders n'était que le début de leurs ennuis...



Les deux frégates de classe Firestorm longeaient les Nuées Errantes. Depuis le début de l'opération de reconquête de Strilia 80F2, la flotte impériale avait multiplié les patrouilles pour localiser et détruire les vaisseaux Orks qui s'étaient dispersés dans le champ d'astéroïdes pour échapper à la destruction.

Mais parfois le chasseur devenait la proie.

Le kaptain Dagtud observait la progression des navires impériaux sur son écran de contrôle. La passerelle de kommandement du Broyeur était anormalement plongée dans le silence, les Orks et les Gretchins observaient leur boss en attente de ses ordres. Mais rien ne venait. Après avoir jeté un coup d'oeil à sa droite puis à sa gauche, son kommandant en second s'approcha.

- On attaque, boss ?! Ils vont s'échapper ! Dites on attaque, hein ! bredouilla-t-il d'excitation à l'idée d'une bonne baston.

La main griffue de Dagtud jaillit et se referma sur son cou. L'Ork laissa s'échapper un gargouillis inintelligible.

- On attend, espèce de krétin ! gronda le kaptain. J'connais ces vaisseaux des zumains, à deux ils peuvent détruire notre kroozer.

Il repoussa son second contre une console pour lui permettre de reprendre son souffle.

- Ouais, reprit Dagtud en continuant à observer la progression des frégates sur son écran, on attend encore un peu. Les zumains peuvent pas nous détecter dans le champ d'rocks. Ils passent puis on les attaque par surprise. On en détruit un et on aborde l'autre pour les massacrer au korps à korps !

A l'idée du combat à venir, les Orks de la passerelle hurlèrent leur joie et scandèrent leur nom de leur kaptain. La Waaagh! Gri'rok allait certainement être vaincue sur Strilia 80F2 mais Dagtud avait bien l'intention d'emporter le plus d'humains avec lui avant d'y passer.



- Capitaine sur le pont !

Lorsque le capitaine Kornfeder pénétra sur la passerelle du Juste Courroux, son officier en second se présenta immédiatement pour lui faire son rapport.

- Multiples contacts en provenance des Nuées Errantes, capitaine.

Kornfeder grimaça. Encore les Orks ! Si leur extermination sur Strilia 80F2 était bien avancée, ils restaient une plaie dans le secteur. La flotte impériale les avait chassé de l'orbite de la planète mais ils s'étaient réfugiés dans le champ d'astéroïdes d'où ils lançaient régulièrement des raids contre les convois impériaux. Il savait de source sûre qu'une campagne serait bientôt lancée pour régler le problème mais en attendant il revenait au Juste Courroux d'empêcher les Orks de s'emparer du convoi qu'il escortait.

- Identification ? demanda-t-il en s'installant sur son siège de commandement.

- Une demi-douzaine de vaisseaux de petite taille, capitaine, rien de bien dangereux pour notre bon vieux croiseur, lui répondit le second.

Kornefeder se releva à moitié de son siège et maudit la légèreté de son officier.

- Des kamikazes ! hurla-t-il. Abattez-les ! Feu à volonté !

Mais ses ordres furent noyés dans les le mugissement des alertes de proximité. Il était trop tard, plusieurs des Véssos Kikass' Orks se fichèrent littéralement dans la coque du croiseur léger avant que leur équipage ne déclenche les charges explosives transportées à bord. Bientôt le Juste Courroux disparut dans une énorme explosion...



+++ Extrait du témoignage du Rogue Trader Alex Tranis +++

La plupart du temps ils sont tapis à la lisière des Nuées Errantes, cachés au milieu des astéroïdes comme des prédateurs. Les Orks coupent toute source d'énergie à bord, même certains éléments des systèmes de survie ! Ils sont pratiquement indétectables de cette manière.

Et puis ils attendent...

Ils attendent que nos convois de ravitaillement passent à proximité ! Je ne sais pas comment font leurs mécaniciens mais ils sont capables de remettre en route leurs Massakreurs en un instant et alors ils fondent sur nous nous comme des lion arkaniens cruels et sans pitié. Ils frappent puis ils s'éloignent en transmettant des chants de guerre moqueurs sur toutes les ondes.


+++ Fin de l'extrait +++



- Boss sur le pont ! croassa un gretchin lorsque Krugtag entra sur la passerelle de kommandement du Gros Vert, l'un des derniers Kroozers Kitu Orks encore opérationnels dans le secteur.

- Big Boss !
corrigea-t-il en lui assénant une terrible claque qui le projeta contre une cloison sous les rires gras des officiers Orks.

Depuis que Gri'rok avait été acculé par les zumains sur Strilia 80F2 et qu'il ne communiquait plus avec la flotte, Krugtag s'était approprié le titre de Big Boss. C'était désormais lui qui commandait le dernier Rok et l'ensemble des vaisseaux Orks dans le système de Strilia.
Il ne se faisait cependant pas d'illusion à ce sujet. Cela ne représentait plus une Waaagh! bien considérable. Sur terre comme dans l'espace, les Orks avaient subi de terribles pertes dans la contre-offensive lancée par les zumains pour reconquérir Strilia 80F2. Malgré sa passion pour le combat, Krugtag savait se reconnaître vaincu quand il le fallait. Mourir c'était perdre l'occasion de se mettre sur la tronche et c'était inacceptable.

- Où qu'en est le rassemblement des véssos ?
demanda-t-il en se laissant tomber sur son siège de commandement déglingué.

Son second leva la tête de sa console et fit la grimace.

- Y'a un maximum d'unités en route vers notre position, Boss... Heu, Big Boss,
corrigea-t-il rapidement, mais on a repéré une flotte zumaine en approche.

Krugtag fronça les sourcils, signe d'une intense réflexion.

- Tant pis pour les lambinards,
dit-il finalement. On va pas se laisser piéger.

Il se tourna vers l'Ork chargé de la navigation.

- Qu'tous les véssos mettent le cap sur le Rok,
ordonna-t-il. On fonce à travers les lignes zumaines et on dézingue tout ce qu'on a en face de nous !

- WAAAGH !
hurlèrent les Orks de la passerelle alors que le Gros Vert prenait de la vitesse en s'éloignant de Strilia 80F2