RECAPITULATIF RAPIDE DE L'AFFRONTEMENT
Belligérants
/
République Franco-Martienne
Royaume Draconique de Prusse
Troupes impliquées
54 hommes
12 marcheurs
/
56 hommes
8 pièces d'artillerie
2 dragons
Pertes
30 hommes dont
12 cavaliers et
4 pilotes
4 marcheurs
2 mitrailleuses
/
22 hommes
2 dragons
1 pièce d'artillerie
Vainqueur
République Franco-Martienne

 

CONTEXTE

L'Affaire de Sarreguemines, telle qu'elle a été relatée dans la presse en août 1868, est un accrochage mineur entre les forces franco-martiennes et les troupes prussiennes à la frontière entre les deux nations, non loin de Folpersiller, une commune proche de Sarreguemines.
Les tenants et les aboutissants de cette escarmouche sont obscurs. On ne sait si la force de reconnaissance franco-martienne a délibérément traversé la frontière ou s'il s'agit d'une erreur. Lorsqu'elle tombe nez à nez avec un groupe de défense prussien, les officiers de chaque camp croient à une agression de la partie adverse et la rencontre ne peut que dégénérer en affrontement...

FORCES EN PRESENCE

FORCES FRANCO-MARTIENNES (Liste d'Armée v1.1)

Brigade d'Infanterie Républicaine
8 escouades de Soldats Républicains (dont le Lieutenant Brun, Commandant Suprême)
2 unités d'Appui-Feu
2 Marcheurs de Combat Martiens

Escadron de Cavalerie
6 unités de Cavaliers Républicains

Détachement de Reconnaissance
6 Tripodes de Reconnaissance

Détachement de Marcheurs Lourds
4 Marcheurs Lourds Martiens

940 points

FORCES DU ROYAUME DRACONIQUE DE PRUSSE (Liste d'Armée v1.0)

Brigade d'Infanterie
8 escouades de Soldats Prussiens (dont l'Oberleutnant von Baruntz, Commandant Suprême)

Batterie d'Artillerie
8 pièces d'Artillerie

Schwerer Drache (Dragon Lourd - Rouge)

Gemeinsamer Drache (Dragon Commun - Bleu)

925 points

LA BATAILLE

Les Prussiens avaient déployé leurs forces derrière une colline souhaitant pouvoir profiter de cette position pour y déployer leur artillerie. Un peu plus loin, les ruines d'un ancien village permettrait à l'infanterie de progresser à couvert pendant que les dragons avanceraient face à l'ennemi pour leur porter le feu et la destruction!

Face à eux, les forces Franco-Martiennes se trouvaient entre deux pitons rocheux, prêtes à investir un petit hameau abandonné par ses habitants.

Le lieutenant Brun lança les hostilités en envoyant les tripodes de reconnaissance martiens contourner un gros amas rocheux d'où s'écoulait une petite rivière. Brun, conscient que l'artillerie Prussienne se déploierait sur la colline pour pilonner ses troupes en toute tranquillité, souhaitait prendre les canons par le flanc.

Sous les ordres de l'Oberleutnant von Baruntz, la brigade d'infanterie Prussienne pénétra au pas de course dans les ruines du village.

Imitant les Prussiens, la brigade d'infanterie Franco-Martienne prit position dans le hameau abandonné. Les canons laser des marcheurs de combat Martiens étaient pointés vers l'ennemi...

Comme le redoutait le lieutenant Brun, l'artillerie Prussienne prit position sur la colline et le grondement des canons se fit bientôt entendre sur le champ de bataille. Plusieurs maisons du hameau furent secouées par des explosions mais aucune perte ne fut infligée à l'infanterie franco-martienne...

Obéissant aux ordres, l'escadron de cavalerie républicaine rejoignit la route menant au hameau mais resta soigneusement hors de vue des redoutables canons Prussiens.

Avec un rugissement, le dragon lourd Prussien s'avança vers l'ennemi. Il cracha plusieurs boules de feu qui s'abattirent sur le hameau, brûlant les toits en chaume et mettant une escouade de soldats hors de combat.

C'est à ce moment que le détachement de Marcheurs Lourds Martiens entra en action, il rejoignit la route et ouvrit le feu sur l'infanterie Prussienne dans les ruines. Les tirs de laser pulvérisèrent les murs laissés à l'abandon et une escouade de Prussiens.

Le dragon bleu Prussien s'éleva dans les airs pour atterrir au niveau des ruines et face au hameau. Un enfer de flammes s'abattit sur la brigade d'infanterie Franco-Martienne qui perdit une escouade et une mitrailleuse.

Conscient que les Marcheurs Lourds Martiens représentaient une grave menace pour ses dragons, l'Oberleutnant von Baruntz ordonna au dragon rouge de les prendre pour cible. La bête s'avança et une tempête de feu recouvrit les machines martiennes mais il en fallait bien plus pour percer leur épais blindage renforcé. En réponse, les canons laser et laser lourds des martiens se tournèrent vers la silhouette du dragon bleu. Les rayons de lumière lui arrachèrent un hurlement de douleur alors qu'il était blessé par deux fois!

Profitant de la confusion, l'infanterie Prussienne continua sa progression dans les ruines et arriva à portée de tirs du hameau. Les soldats ouvrirent le feu sur la brigade franco-martienne sans pour autant lui infliger de pertes.
Le lieutenant Brun savait maintenant que le centre de son dispositif allait tenir le coup fasse à l'assaut Prussien mais l'artillerie ennemie restait un problème. Il ordonna aux tripodes Martiens d'entrer en action. En traversant la rivière, l'une des machines trébucha et resta coincée dans les flots mais le reste de l'escadron continua son avance vers la colline. Une pluie de laser s'abattit sur les canons prussiens mais seule une pièce fut mise hors d'état de nuire. La contre-attaque prussienne fut sans pitié, les boulets de canons détruisirent trois tripodes et les survivants durent précipitamment battre en retraite.

Le clairon raisonna sur le champ de bataille alors que la cavalerie républicaine chargeait le dragon bleu! Déjà blessée par les tirs des marcheurs lourds Martiens, la bête succomba rapidement aux coups de lance et de sabre de ses ennemis.

La cavalerie était restée seule face aux Prussiens et le lieutenant Brun donna l'ordre à ses hommes d'ouvrir le feu pour la couvrir. Les tirs des fusils, de la mitrailleuse survivante et des canons laser décimèrent les rangs de la brigade d'infanterie prussienne. Sous cette pluie mortelle, l'Oberleutnant von Baruntz donna l'ordre de battre en retraite.

Von Baruntz savait ses troupes en facheuse posture. Les Français et les Martiens étaient en position de force mais il devait gagner du temps pour pouvoir battre en retraite et éviter un massacre. Il donna l'ordre de mettre fin à la menace présentée par la cavalerie républicaine. Le dragon rouge se précipita vers les cavaliers et les plongea dans les flammes. Aucun d'entre eux ne survécut à cet enfer.

La mort atroce des cavaliers républicains avait choqué les troupes franco-martiennes et le lieutenant Brun n'eut pas besoin de donner ses instructions. Les pilotes des Marcheurs Lourds concentrèrent leur attention sur le dragon rouge qui disparut sous une pluie de laser.

Tout était perdu pour les Prussiens. L'artillerie ouvrit une dernière fois le feu sur le hameau, détruisant la dernière mitrailleurs de la brigade Franco-Martienne, pour couvrir la retraite de l'infanterie. La victoire était acquise aux Franco-Martiens!

EPILOGUE DE L'AFFRONTEMENT

L'Affaire de Sarreguemines s'est avérée embarassante pour les deux gouvernements impliqués.
La République Franco-Martienne ne pouvait reconnaître la bourde qu'était l'instrusion de l'une de ses forces de reconnaissance sur le territoire Prussien tandis que le Royaume Draconique de Prusse ne souhaitait pas s'étendre sur cet affrontement sur son sol qui s'était soldé par une défaite cuisante.
D'un commun accord l'existence de cette escarmouche est donc officiellement niée par tous les partis et ce malgré les photos prises par la presse sur les lieux supposés de l'affrontement des cadavres des dragons prussiens et des carcasses de tripodes martiens...